Skip to navigation – Site map
Recensions

Nadia Yassine-Diab, Aliénation et réinvention dans l’oeuvre de Jamaica Kincaid

Eric Doumerc
Bibliographical reference

Nadia Yassine-Diab, Aliénation et réinvention dans l’oeuvre de Jamaica Kincaid (Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, Collection « Univers anglophones », 2014), 332 p, ISBN 2118–3023.

Full text

1Jamaica Kincaid est l’une des romancières antillaises anglophones les plus connues en France et ses romans sont disponibles en traduction française, même si tous ses écrits ne le sont pas. Comme le rappelle Judith Misrahi-Barak dans sa préface au présent ouvrage, Jamaica Kincaid a suscité un volume important d’écrits critiques dans le monde anglophone, mais il faut bien constater que les recherches sur cet auteur sont encore peu nombreuses dans le monde universitaire francophone.

2Auteur d’un thèse et de plusieurs articles sur les romans de Jamaica Kincaid, Maître de Conférences à l’Université Paul Sabatier (Toulouse III), Nadia Yassine-Diab nous propose un voyage en trois étapes dans le monde de Jamaica Kincaid. La première partie du présent ouvrage, intitulée « La mère, figure janusienne au centre de l’aliénation », se concentre sur les relations tourmentées entre la mère et la fille dans de nombreux romans de Jamaica Kincaid et identifie la mère comme une figure double qui manipule ses enfants et les empêche de se développer. La mère apparaît comme une « Méduse » (45) et est associée à la mort. La seconde partie de l’ouvrage (« Manuel de l’‘outsider’ : de la résistance passive à la rébellion ») identifie les différentes stratégies de résistance que les héroïnes de Kincaid doivent mettre en œuvre pour opérer une distanciation et une différenciation par rapport à la figure de la mère, et ainsi pour se libérer de son emprise. Cette libération passe par une découverte et une réappropriation du corps féminin qui doit briser les tabous d’une éducation coloniale répressive. Les apports de la critique féministe sont dans cette partie prépondérants. La libération des héroïnes de Kincaid implique aussi un rejet de l’héritage colonial et des valeurs de l’oppresseur, comme cela apparaît dans le chapitre emblématique d’Annie John (1985) intitulé « Columbus in Chains » ou dans le pamphlet de Jamaica Kincaid sur la situation d’Antigua pendant les années 1980, A Small Place (1988). La dernière étape du voyage nous amène au thème de « l’art salvateur » et à celui de la découverte de soi. A travers quatre formes d’art visuel (la photographie, la peinture, le jardin, et l’écriture), Yassine-Diab démontre comment l’art figure clairement dans l’œuvre de Kincaid comme une arme de libération face à l’aliénation, à l’exil et au déracinement.

3L’étude de Nadia Yassine-Diab se fonde sur une lecture rigoureuse et serrée des romans de Jamaica Kincaid, et il est important de noter que, dans cet ouvrage, le texte reste toujours au premier plan. En effet, l’auteur analyse de très nombreux extraits de romans en se penchant tant sur le fond que sur la forme, et ne néglige jamais d’éclairer le lecteur sur tel ou tel terme important. Ces analyses thématiques et stylistiques s’accompagnent souvent de références à d’autres romans ou poèmes antillais, anglophones ou francophones, pouvant évoquer des thèmes similaires à ceux traités par Jamaica Kincaid. Ainsi le roman Abeng (1984) de Michelle Cliff, Moi … Tituba sorcière... Noire de Salem (1986) de Maryse Condé, Pluie et vent sur Télumée Miracle (1972) de Michèle Schwartz-Bart et Crick Crack Monkey (1970) de Merle Hodge, célèbre Bildungsroman caribéen, sont aussi souvent cités et fonctionnent en tant que riches intertextes avec l’œuvre de Kincaid. The Enigma of Arrival (1987) de V.S .Naipaul, ainsi que le poème « The Sea is History » de Derek Walcott, sont aussi convoqués. Ainsi, l’auteur jette des ponts entre les différentes aires linguistiques des Caraïbes, et souligne les points de convergence dans le traitement des thèmes chers à Kincaid.

4Toutefois, Nadia Yassine-Diab ne néglige pas l’apport critique abondant sur Jamaica Kincaid et révèle sa maîtrise d’un appareil critique volumineux. En effet, tant la critique post-coloniale (Bill Ashcroft, Edouard Glissant, Paul Gilroy, Edward Saïd, Helen Tiffin, et bien d’autres) que les apports de la critique féministe (Hélène Cixous, Elaine Showalter, entre autres) sont régulièrement cités afin d’éclairer le texte. Comme le rappelle Judith Misrahi-Barak dans sa préface, dans cet ouvrage, les penseurs de la théorie post-coloniale « sont à leur place et jouent leur rôle » (14), et le texte demeure toujours au centre de l’ouvrage. Il faut signaler aussi le talent pédagogique de l’auteur et son souci de définition de termes comme « métissage », « créolisation » ou « rhyzome ». Ces termes sont toujours définis et ensuite appliqués de manière concrète à l’analyse de passages précis. L’ouvrage se termine sur une bibliographie conséquente, divisée en sections thématiques, et tenue à jour.

5Cet ouvrage constitue donc un apport important à la critique littéraire, et sera utile tant aux chercheurs confirmés qui travaillent sur la littérature antillaise anglophone qu’aux étudiants soucieux de se familiariser avec l’œuvre de Jamaica Kincaid.

Top of page

References

Electronic reference

Eric Doumerc, « Nadia Yassine-Diab, Aliénation et réinvention dans l’oeuvre de Jamaica Kincaid  », Miranda [Online], 12 | 2016, Online since 26 February 2016, connection on 20 November 2017. URL : http://miranda.revues.org/8007

Top of page

About the author

Eric Doumerc

Maître de Conférences
Université de Toulouse – Jean Jaurès
doumerceric@neuf.fr

By this author

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org