Skip to navigation – Site map
Ariel's Corner
Theater

Critique théâtrale
Regarding The Just - Le Carreau du Temple, 4 décembre 2014

Elizabeth Levy

Abstracts

Theatre review, December 4th, 2014

Show: Regarding the Just at the Carreau du Temple (Paris)—November, 27th to December, 6th 2014.

Top of page

Full text

Fiche spectacle

1Regarding The Just au Carreau du Temple (Paris)—27 novembre - 6 décembre 2014
Texte : The Just d’Albert Camus ; Nouvelle traduction en anglais de Pascal Collin et Nicolas Le Guevel 
Conception et mise en scène Valéry Warnotte
Production : Compagnie de L’Intervention ; Trap Door Theatre de Chicago, Etats-Unis.
Avec Antonio Brunetti, Pascal Collin, Michael Garvey, David A. Holcombe, Alzan Pelesic, Beata Pilch et Nicole Wiesner
Le Carreau du Temple : http://www.carreaudutemple.eu/​
Le Trap Door Theater: http://trapdoortheatre.com/​ 
L’Intervention (Valéry Warnotte) : http://valerywarnotte.com/​

Critique

2Du 27 novembre au 6 décembre 2014, au Carreau du Temple à Paris, se sont tenues six représentations d’une adaptation de la pièce d’Albert Camus Les Justes. Ce spectacle, projet multiculturel, est le fruit d’une seconde collaboration transnationale entre le metteur en scène et acteur français de la compagnie de l’Intervention, Valéry Warnotte, et la troupe américaine du Trap Door Theater de Chicago. La pièce a été jouée aux Etats-Unis pendant l’été 2014 et la troupe a commencé une tournée en France (Dieppe Scène Nationale, Théâtre de Viennes, Scène Rhône Alpes, etc.) au cours de l’automne de la même année. Le public parisien du Carreau du Temple était donc invité à venir voir des comédiens américains incarner en anglais les protagonistes russes d’une pièce française.

  • 1 « Regarding the Just: I rebel therefore we exist. Compagnie de L’intervention”. Mai 2014. 31 décemb (...)

3La traduction anglaise des Justes est signée Pascal Collin et Nicolas Le Guevel, qui ont intitulé cette version Regarding the Just. Selon Valéry Warnotte, « Regarding veut dire qu’on va regarder d’un peu plus près cette pièce » dans le but de montrer l’horreur de la situation dans laquelle se trouvent les personnages mais aussi de permettre à un théâtre politique de se développer aux Etats-Unis1. Ce changement de titre met également l’accent sur la volonté des traducteurs, du metteur en scène et des acteurs de convoquer le texte de Camus pour s’interroger philosophiquement sur la notion même de « cause juste ». L’adaptation anglaise est une version légèrement raccourcie et modifiée du texte original écrit en 1949 et inspiré de faits réels survenus en Russie en 1905. Regarding the Just donne à voir la préparation de l’assassinat du Grand Duc Sergei Alexandrovich par un groupe de socialistes-révolutionnaires, et l’exécution de ce projet. Au fil de la représentation, le public assiste à la mise en place des détails logistiques et est témoin des doutes de ceux qui doivent réaliser l’attentat. Yanek (Antonio Brunetti) renonce une première fois à mener l’opération à bien lorsqu’il s’aperçoit que celle-ci implique également le meurtre du neveu et de la nièce du Grand Duc, qui ne sont que deux enfants. Il se demande si la fin justifie toujours les moyens, et s’interroge sur la légitimité de l’action qu’il a fomentée avec ses complices. Rappelé à l’ordre par ses camarades, qui insistent sur la nécessité et la « justesse » de leur cause, Yanek finit par mettre le plan à exécution, et doit ensuite faire face aux conséquences de cet acte. Arrêté, il refuse alors de trahir ses amis, affirme haut et fort que son crime avait des motivations politiques et est condamné à la peine capitale. Le public est aussi témoin de la réaction des autres membres du groupe une fois l’assassinat commis et Yanek exécuté, et en particulier de la réaction de l’ancienne compagne du terroriste, qui décide d’être la prochaine à se sacrifier pour la cause.

[Photo 1]

Dan Ramaën (1969-),Nicole Wiesner& David A. Holcombe dans Regarding the Just

Dan Ramaën (1969-),Nicole Wiesner& David A. Holcombe dans Regarding the Just

Novembre 2014, Carreau du Temple, Paris

Crédit photo : Dan Ramaën

4La pièce ne déroge pas aux grands principes du Trap Door Theater, qui est réputé pour l’originalité de son travail centré sur la mise en scène du thème de la résistance. Sur leur site internet, les membres de la compagnie indiquent qu’ils recherchent avant tout à travailler sur des pièces « obscures » et inconnues du grand public2. Ils soulignent également leur volonté d’avoir recours à des « traditions anciennes » et de les mélanger à des techniques plus modernes afin de dénoncer les incohérences de la société d’aujourd’hui3. Regarding the Just répond à toutes ces exigences. Aux Etats-Unis, il s’agit bien de faire découvrir à un public américain une pièce qui lui est généralement inconnue. En France, où le public connaît mieux l’œuvre, « le prisme de la langue anglaise » a pour effet de rendre le texte insolite4.

  • 5 « Regarding the Just : I rebel therefore we exist. Compagnie de L’intervention”. Mai 2014. 31 décem (...)

5Valery Warnotte et le Trap Door Theater soulignent également qu’ils ont souhaité mettre en exergue la dimension très actuelle du théâtre de Camus, qui contribue à « détruire les idoles » et montrer « l’absurdité de la condition humaine »5. Pour réaliser ces objectifs, Regarding the Just s’inscrit dans une quête d’originalité et d’universalité underground. Le traitement du thème underground est manifeste au sens propre comme figuré : le décor et la mise en scène transposent l’action dans un espace rappelant une cave ou un vieux garage, et les conjurés sont présentés comme les membres d’un groupe de musique rock/folk. Chaque participant au complot joue aussi d’un instrument qui représente symboliquement sa place au sein de l’organisation terroriste. La pièce est entrecoupée par des passages chantés et des morceaux, composés pour l’occasion par Nicholas Tonozzi, qui rendent compte des pensées profondes des personnages et de leurs conflits intérieurs. La référence à un mouvement underground et contestataire est également perceptible par les choix de décors : les murs sont recouverts d’affiches et de slogans, parfois empruntés à des personnalités comme Camus lui-même ou Desmund Tutu, tels que « I rebel therefore we exist », « If you are neutral in situations of injustice, you have chosen the side of the oppressor », ou encore « We won’t shut up ».

[Photo 2]

Dan Ramaën (1969-),Antonio Brunetti dans Regarding the Just

Dan Ramaën (1969-),Antonio Brunetti dans Regarding the Just

Novembre 2014, Carreau du Temple, Paris

Crédit photo : Dan Ramaën

6Ces choix de mise en scène contribuent aussi à actualiser la pièce de Camus et à montrer à quel point les thèmes développés dans les Justes sont intemporels et universels. Les panneaux rappellent les actions des collectifs contestataires américains tels que les Weathermen dans les années 1970 et le mouvement plus récent Occupy Wall Street. Le décor invite également à sortir du cadre américain, puisque, parmi les slogans en anglais se trouvent pêle-mêle des formules en français comme « Toujours faire rire, toujours faire peur », des allusions à Mai ‘68 et au printemps arabe (« Sous les pavés, le jasmin »), des photos du Pape et des portraits de Guy Fawkes, qui peuvent également faire penser aux Anonymous d’internet. A cela s’ajoutent des allusions à d’autres leaders politiques, avec des affiches sur lesquelles on peut par exemple lire : « Tony can you hear me ? », « Le-nin, Sta-lin, Pu-tin, Give-in ». La présence sur la scène de deux écrans de télévision, destinés à permettre aux spectateurs non anglophones (apparemment peu nombreux au Carreau du Temple, il faut bien l’avouer) de lire des sous-titres, soulève également la question des media, de l’utilisation des nouvelles technologies, mais aussi de la société de consommation et du bien-fondé du capitalisme dans son ensemble.

[Photo 3]

Dan Ramaën (1969-), Antonio Brunetti & Pascal Collin dans Regarding the Just

Dan Ramaën (1969-), Antonio Brunetti & Pascal Collin dans Regarding the Just

Novembre 2014, Carreau du Temple, Paris

Crédit photo : Dan Ramaën

7S’il l’on peut reprocher à cette mise en scène d’avoir opéré à des raccourcis parfois un peu simplistes, créant des équivalences arbitraires entre des phénomènes historiques et mondiaux complexes, la très grande vitalité des comédiens et la subtilité de leur jeu permettent en revanche d’apporter de la nuance et de la complexité à l’ensemble de la représentation. L’énergie déployée par les membres de la troupe, le parti pris du mode d’adresse des personnages, qui interpellent directement les spectateurs, sont pour le moins convaincants et suscitent l’implication du public. Regarding the Just permet ainsi de se familiariser avec une frange de la gauche politique américaine qui reste mal connue du public français. Plus généralement, la pièce permet aussi au spectateur de s’interroger sur des thèmes qui sont encore aujourd’hui au cœur de l’actualité, comme celui de la nature et de la limite de l’engagement politique et idéologique et des discours qui s’efforcent de rationaliser ou justifier l’action terroriste. Enfin, le spectacle est aussi l’occasion d’une réflexion sur la pérennité des œuvres et sur le rôle et la portée du théâtre engagé dans le monde contemporain.

Top of page

Notes

1 « Regarding the Just: I rebel therefore we exist. Compagnie de L’intervention”. Mai 2014. 31 décembre 2014.
<http://www.carreaudutemple.eu/sites/default/files/images/ValeryWarnotte_Regardingthejust_2014MAI_FR.pdf>.

2 Trap Door Theater. Mai 2014. 7 février 2015.
<
http://trapdoortheatre.com/history/>.

3 Trap Door Theater. Mai 2014. 7 février 2015.
<http://trapdoortheatre.com/history/>

4 Carreau du Temple. 24 juin 2014. 7 février 2015.
< http://www.carreaudutemple.eu/2014/06/24/regarding-just>.

5 « Regarding the Just : I rebel therefore we exist. Compagnie de L’intervention”. Mai 2014. 31 décembre 2014.
<http://www.carreaudutemple.eu/sites/default/files/images/ValeryWarnotte_Regardingthejust_2014MAI_FR.pdf>.

Top of page

List of illustrations

Title Dan Ramaën (1969-),Nicole Wiesner& David A. Holcombe dans Regarding the Just
Caption Novembre 2014, Carreau du Temple, Paris
Credits Crédit photo : Dan Ramaën
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7616/img-1.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Dan Ramaën (1969-),Antonio Brunetti dans Regarding the Just
Caption Novembre 2014, Carreau du Temple, Paris
Credits Crédit photo : Dan Ramaën
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7616/img-2.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Dan Ramaën (1969-), Antonio Brunetti & Pascal Collin dans Regarding the Just
Caption Novembre 2014, Carreau du Temple, Paris
Credits Crédit photo : Dan Ramaën
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7616/img-3.jpg
File image/jpeg, 132k
Top of page

References

Electronic reference

Elizabeth Levy, « Critique théâtrale
Regarding The Just - Le Carreau du Temple, 4 décembre 2014
 », Miranda [Online], 11 | 2015, Online since 21 July 2015, connection on 22 July 2017. URL : http://miranda.revues.org/7616

Top of page

About the author

Elizabeth Levy

ATER
Université Paris 1- Université Paris Diderot- Paris 7 (Laboratoire LARCA)
Elizabeth.Levy@univ-paris1.fr

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org