Skip to navigation – Site map
Ariel's Corner
Music, Dance

Chorégraphies de la parole

Jean-Rémi Lapaire, Jean Magnard and Mélissa Blanc

Full text

Présentation du projet

1Le texte reproduit ici est issu de deux conférences dansées données à Paris les 12.12.2014 et 20.03.2015. A l’origine, il s’agissait d’une commande de l’Institut Goethe pour le symposium Médiations et performances (dir. Sandrine Eschenauer). Le titre de cette première intervention était « Le corps dans la langue. Imprimer, exprimer, dérouler ». Une deuxième conférence, « Poétique du geste », fut donnée dans le cadre du festival L’insurrection poétique, à l’Université Paris Sorbonne Nouvelle (dir. Claire Tardieu ; http://epresence.univ-paris3.fr/​6/​Watch/​892217.aspx). A cette occasion, le script original fut soumis à de légères révisions, la nouveauté provenant essentiellement de l’intégration d’extraits poétiques en anglais (Yeats, Dickinson), en français (Césaire) et en portugais (Lobato de Faria). C’est le texte établi pour la seconde présentation qui est reproduit ici. Mais la proximité est telle que les visuels (captures vidéo) insérés sont issus des deux représentations.

2La conception d’une parole orale, exposant l’entiers du corps et indissociable de la vie de mouvement des humains, doit beaucoup à l’anthropologie du geste et à la théorie du mimisme de Marcel Jousse. Mais d’autres référents scientifiques et artistiques sont convoqués dans nos créations : la kinésique de Ray Birdwhistell, la dramaturgie de la parole d’Erving Goffman, la pédagogie du mouvement de Jacques Lecoq, l’immédiatisme de Hakim Bay, la théorie de la performance de Richard Schechner et enfin la danse moderne éducative de Rudolf Laban. Une convergence se dessine. La parole ne se dit pas : elle se joue corporellement sur la scène sociale. Son symbolisme est un symbolisme en acte. Les significations représentées sont physiquement interprétées par les sujets, au moyen de gestes vocaux, corporels et propositionnels. De même que la grammaire de l’énoncé possède une syntaxe, la grammaire du corps engagé dans l’interaction communicative possède sa chorégraphie. Linguiste et danseur sont ainsi invités à collaborer, dans un acte plastique de recherche-création, alliant observation, rejeu, variations et développements.

  • 1 William Shakespeare, As You Like It, Act 2 Scene 7.

All the world's a stage,
And all the men and women merely players.
They have their exits and their entrances,
And one man in his time plays many parts.
1

Introduction

  • 2 Cette citation, empruntée au psychologue américain James Asher (1972), résume l’ensemble de la déma (...)

3Nos paroles nous mettent en scène. Dire, ce n’est pas seulement parler. Dire c’est jouer. Nous sommes à la fois chorégraphes et acteurs de ce que nous exprimons : « Language is orchestrated to a choreography of the human body ».2 

Figure 1a – Exemple de gestualité coverbale rejouée
The sun was up…

Figure 1b – Exemple de gestualité coverbale rejouée
…and I could feel this real tension between the people

  • 3 Zero Degrees (2005). Duo composé et interprété par Akram Khan et Sidi Larbi Sherkaoui. L’interpréta (...)

Figure 1c – Exemple de gestualité coverbale rejouée
… who had congregated around the bus3

4L’étude de l’oralité relève donc des arts de la scène. Car nos « productions » sont scéniques, avant d’être syntaxiques, et la « justesse » de nos constructions est dramaturgique avant d’être grammaticale.

  • 4 Jean Kittson, animatrice et comédienne australienne, Jean Kittson as the perfect master of ceremoni (...)

Figure 2 – Exemple de gestualité coverbale authentique
Is it a call to let the good time roll and laugh in the face of adversity?4

5Pourquoi jouons-nous la langue ? Pour manifester notre présence au monde, pour négocier notre rapport aux autres, pour prendre position, pour mettre en acte nos pensées et nos émotions.

Figure 3 – Exemple de gestualité coverbale rejouée
The idea that life is refinable and improvable,

  • 5 Lapaire, Blanc et Magnard, Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014. Rejeu de l’interview de l’ (...)

that you can learn a technique for everything5

  • 6 Schechner (2003 : 54). Metteur en scène et professeur à l’Université de New York, Richard Schechner (...)
  • 7 Jousse (1945) in Sienaert (2013 : 71).

6Comment jouons-nous la langue ? Avec tout notre être : “body, voice, mind, spirit… whole”.6 Dans le déroulement constant des sons, des phrases, des gestes vivants. Car « l’homme une fois jeté dans la vie, et parce que vivant, ne peut que se dérouler ».7 

  • 8 Lapaire, Blanc et Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Nous remercions égalemen (...)

Figure 4 – Accompagnement, performance
« … jeté dans la vie, et parce que vivant »8

1 - Au commencement était le Mimisme9

  • 9 Titre d’un ouvrage d’Edgard Sienaert (2013) consacré aux cours de Marcel Jousse. Le mimisme est une (...)

7Pour l’homme vivant et pensant, dressé face au monde avec toute sa musculature, les choses ne sont pas des choses mais des mouvements.

(Conférencier) Qu’est-ce qu’un arbre ?

(Réponse vocale-gestuelle des danseurs) « C’est quelque chose qui pousse… avec un tronc… et des branches… »

  • 10 Lapaire, Blanc et Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 5 - Réponse 1 : arbre10

8Nous avons en nous la capacité remarquable de saisir et de rejouer le mouvement des choses, même lorsque ces choses semblent immobiles.

(Conférencier) Qu’est-ce que l’horizon ?

(Réponse gestuelle des danseurs évoquant quelque chose qui s’étire, au loin, là-bas).

  • 11 Lapaire, Blanc et Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 6 - Réponse 2 : horizon11

  • 12 Dans sa théorie du mimisme, Jousse (1974) désigne respectivement par anthropos et cosmos l’être hum (...)

9Car tout le cosmos peut entrer en moi, anthropos.12 Toute chose, tout être, tout phénomène peut s’imprimer en moi. Par tout mon être, je peux absorber le monde.

Figure 7 : Accompagnement, performance
« Je peux absorber le monde »

10Il n’y a pas de dehors qui ne puisse devenir un dedans en entrant au plus profond de moi.

(Question) Qu’est-ce que la fumée ?

(Réponse vocale-gestuelle du danseur) « C’est quelque chose qui fait comme ça » (Volutes mains-bras, puis épaules, genou, jambe et enfin corps ondulant)

  • 13 Blanc, Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014.

Figure 8 - Réponse 3 : fumée13

11Il n’y a pas de dedans qui ne puisse devenir un dehors en étant exprimé hors de moi.

  • 14 Lapaire, Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014. Rejeu de l’interview de l’acteur britannique (...)

Figure 9 - Exemple de gestualité coverbale rejouée
It’s such a black wall of nothingness!
Nothingness – Le néant, le vide as the French would say.14

12Je peux rejouer à l’infini avec tout mon corps d’homme ou de femme, toute ma connaissance, toute mes expériences.

  • 15 Magnard et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Rejeu chorégraphié de l’interview (...)

Figure 10 - Exemple de gestualité coverbale rejouée (et augmentée)
Someone hits you in the face and you go « ow!15

  • 16 Lapaire, Blanc et Magnard, Conférence Goethe Institut, Paris, 12.12.2014. Rejeu chorégraphié de Ste (...)

Figure 11 – Exemple de gestualité coverbale rejouée
In 1995, quite famously, you walked off stage!16

13Je peux exprimer tout ce qui s’est imprimé en moi.

14Je peux rejouer ce qui a joué en moi.

  • 18 Jousse (1939) in Sienaert (2013 : 47).

15« Je joue donc je suis ! »18

  • 19 Jousse (1953) in Sienaert (2013 : iv).
  • 20 Jousse (1935) in Sienaert (2013 : iv).

16Mes mains, mon buste, tout mon corps peuvent jouer la fumée. Comme ils ont joué l’horizon. Comme ils ont joué l’arbre. Marcel Jousse avait donc raison de dire : « je peux devenir ce que je vois19 », « je peux devenir toutes les choses en face de toutes choses ».20

  • 21 Jousse (1939) in Sienaert (2013 : 20).

17Jousse était anthropologue. Il appelait l’être humain anthropos. Et la capacité innée des anthropoi à absorber et à rejouer, il l’appelait le mimisme. Chaque mouvement de l’univers peut « devenir geste dans l’homme qui le reçoit et qui le rejoue ».21

  • 22 Blanc et Magnard. Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2004.

Figure 13 - Exemple de gestualité coverbale rejouée et augmentée
She picks up the guitar and smashes it!22

  • 23 Jousse (1940) in Sienaert (2013 : 70).

18Car le monde entier, disait Jousse, peut « s’insinuer et frémir en moi ». Même pauvre, je suis « riche de tous les mouvements du monde». J’ai en moi « tout un indéfini » qui me rend « apte à pouvoir être tout ».23 

19Je peux rejouer ce qui s’est imprimé en moi. Il n’y a rien dedans qui ne puisse être rejoué au dehors par moi.

20Je peux jouer l’intimité de mes pensées.

21Je peux rejouer, en écho ou en miroir, le passé.

The whole world seemed to have dissolved in this early morning hour into a pool of thought, a deep basin of reality.

She felt as if a door had opened, and one went in and stood gazing silently about in a high cathedral-like place, very dark, very solemn. Shouts came from a world far away…

Lily stepped back to get her canvas into perspective. It was an odd road to be walking, this of painting. Out and out one went, further, until at last one seemed to be on a narrow plank, perfectly alone, over the sea. And as she dipped into the blue paint, she dipped too into the past. (…)

  • 24 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 14 – Accompagnement, performance
« …
alone over the sea »24

  • 25 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 15 – Accompagnement, performance
« …
she dipped too into the past»25

22It was a windy morning. They had all gone down to the beach. Mrs. Ramsay sat down and wrote letters by a rock. She wrote and wrote. “Oh,” she said, looking up at something floating in the sea, “is it a lobster pot? Is it an upturned boat?” She was so short-sighted that she could not see.

  • 26 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 16 – Accompagnement, performance
« I
s it a lobster pot, is it an upturned boat?»26

Mrs. Ramsay was now silent. She was glad, Lily thought, to rest in silence, uncommunicative; to rest in the extreme obscurity of human relationships. Who knows what we are, what we feel?

Mrs. Ramsay has faded and gone, she thought.

Lily looked now at the drawing-room step. It looked extraordinarily empty. She wanted to say not one thing, but everything. “About life, about death; about Mrs. Ramsay” No, she thought, one could say nothing to nobody. Words fluttered sideways and struck the object inches too low. For how could one express in words these emotions of the body? express that emptiness there?

  • 27 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 17 – Accompagnement, performance
« …
and struck the object inches too low »27

  • 28 Adapté de To the Lighthouse (1927).

Oh, Mrs. Ramsay! she called out silently, to that woman in grey, as if to abuse her for having gone, and then having gone, come back again. “What does it mean? How do you explain it all?” she wanted to say. “Mrs. Ramsay!” she said aloud, “Mrs. Ramsay!” The tears ran down her face.28

Virginia Woolf (1882-1941)

2. Voir la parole

23Nos paroles sont faites pour être entendues. A la radio, au téléphone, la pure vocalité domine :

  • 29 News Hour, BBC Radio 4 – 16.02.2015.

(Enoncé sur un ton BBC news desk) « European finance ministers are meeting in Brussels amid increasing scepticism that a deal over Greece's debt problems can be reached. »29

24Le chant, la poésie donnent davantage de corps à l’expression.

  • 30 “A Coat” (1916).

I made my song a coat
Covered with embroideries
Out of old mythologies
From heel to throat;
But the fools caught it,
Wore it in the world's eyes
As though they'd wrought it.
Song, let them take it,
For there's more enterprise
In walking naked.
30

William Butler Yeats (1865-1939)

  • 31 Magnard, Lapaire et Blanc. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 18 – Accompagnement, performance
« 
I made my song a coat… »31

25Paroles dites, paroles vues : tout ce que nous disons à l’autre, en sa présence, se déplie visuellement, dans le flux des mimiques, des gestes et des postures.

I’m Nobody! Who are you?

Are you – Nobody – too?

Then there’s a pair of us!

Don’t tell – they’d banish us you know!

Emily Dickinson (1830-1986)

  • 32 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 19 – Accompagnement, performance
« Don’t tell…»32

  • 33 Jousse (1936).

26La parole vivante et mouvante, qui « fait participer tout un corps »33 nous attire ! En 1930 Jousse disait déjà : « Nous éprouvons le besoin d’aller au cinématographe, d’aller au théâtre. Nous éprouvons le besoin d’aller voir s’exprimer corporellement des anthropoi. »

  • 34 Magnard et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 20 – Accompagnement, performance
« Nous éprouvons le besoin d’aller au théâtre… »34

  • 35 William Shakespeare, Hamlet, Act 3, scene 2 : “the purpose of playing (…) was and is to hold (…) th (...)
  • 36 Jousse (1952) in Sienaert (2013 : 54).
  • 37 Goffman (1959 : 1) : “When an individual enters the presence of others (…) many sources of informat (...)
  • 38 Allusion au titre de l’ouvrage de Goffman (1959) : The presentation of Self in Everyday life.

27Nous voulons voir les corps jouant la parole. Nous voulons surprendre notre propre reflet dans le « miroir »35 qu’ils nous tendent. Et nous y prenons du plaisir. Nous « regardons l’être tout entier » et ses « explosions énergétiques ».36 Nous comprenons que la parole naît de la rencontre avec l’autre. « Entrer en présence »37, « présenter son être »38, être présence.

  • 39 Magnard et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 21 – Accompagnement, performance
« Entrer en présence… présenter son être…»39

  • 40 Goffman (1967 : 2).
  • 41 Gebauer et Wulf (2004 : 73) : « (le geste permet) au sujet social de s’éprouver dans ses mises en s (...)

28Nul ne l’a mieux perçu que le sociologue du langage Erving Goffman: « We need to identify the patterns and sequences of behavior occurring whenever persons come into one another’s immediate presence ».40 Sur scène, nous voyons nos « scènes ».41

Figure 22a – Exemple de gestualité coverbale rejouée
En fait, tu étais au courant et tu m’as rien dit !

  • 42 Blanc, Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Gestualité coverbale rejouée extrai (...)

Figure 22b – Exemple de gestualité coverbale rejouée
C’était pas facile !42

  • 43(how we move) across the paths and designs of others” (Goffman 1967 : 12).
  • 44 “the traffic rules of social interaction” (Goffman 1967 : 13).
  • 45 Birdwhistell (1970 : 48) : “Human beings are constantly engaged in adjustments to the presence and (...)

29Nous observons comment nous croisons « le chemin de vie et de désir des autres »43, comment nous « circulons » et selon quelles « règles de conduite »44 sociales. Nous voyons comment chacun s’« ajuste » en permanence à la présence et aux mouvements des autres.45

  • 46 Lapaire, Blanc, Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

Figure 23 – Accompagnement, performance
« comment chacun s’ajuste en permanence»46

  • 47 Goffman (1967 : 13).

30Nous regardons les corps bouger et bientôt nous percevons les gestes et les « pas » d’une « danse ».47

  • 48 Blanc, Lapaire, Magnard. Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014.

Figure 24 – Accompagnement, performance
« les gestes et les pas d’une danse…»48

  • 49The ultimate behavioral materials are the glances, gestures, positionings, and verbal statements t (...)

31Nous voyons comment le flux de l’interaction se « nourrit en continu » de « regards, de gestes, de postures et de mots ».49 

  • 50 Gebauer et Wulf (2004 : 4).

32Nous nous rendons à l’évidence : nos actes sociaux sont d’abord des actes physiques dans lesquels « entrent toujours en jeu la matérialité du corps, son aspect extérieur, son attitude, ses manières ».50 

3. Imiter : deviens ce que tu vois

  • 51 Gebauer et Wulf (2004 : 2).

33Dans Jeux, rituels, gestes : les fondements mimétiques de l’action sociale, Gebauer et Wulf écrivent : « Nous ne sommes pas tout seuls, les autres nous ont formés, nous les prenons comme modèles ».51

34A la naissance, nous avons d’abord gigoté de façon désordonnée, presque sauvage. Mais très vite, nous avons appris à contrôler ces mouvements spontanés qui engageaient tout notre corps, avec une totale liberté.

  • 52 Birdwhistell (1970 : 8) écrit : “The human infant is an amoral mass of wrigglings and vocalizing ; (...)

35Nos mouvements se sont transformés en gestes ethniques. Nous sommes devenus des remueurs sociaux52 puisant les formes de leur expression dans un répertoire.

  • 53 Magnard, Blanc, Lapaire, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Rejeu de l’interview de l’ (...)

Figure 25 – Exemple de gestualité coverbale rejouée
She said ‘Stephen you’ve got it all!’
Gay, Jewish, bipolar! How can you fail in Hollywood?53

36Mais les « variations » nous appartiennent et nous restons libres de les développer.

37Ceci est mon corps.

38Ceci est mon mouvement.

39Prenez et suivez.

  • 55 Gebauer et Wulf (2004 : 50). « Sans les autres, le soi ne peut pas naître. »

40Moi qui suis étranger, je ne peux pas naître à ta langue sans toi.55 Laisse-moi observer « tout ton corps » lorsqu’il s’émeut, lorsqu’il hésite, lorsqu’il refuse, lorsqu’il regrette…

  • 56 Brené Brown, 99u talk, Why your critics are not the ones who count.

Figure 27 - Gestualité coverbale spontanée, locutrice autochtone
I started reading the comments. They were devastating.56

  • 57 Gebauer et Wulf (2004 : 18).

41Laisse-moi prendre ton monde pour en faire « une part de moi-même ».57 

Je viendrai à ce pays mien et je lui dirai : « Embrassez-moi sans crainte... Et si je ne sais que parler, c'est pour vous que je parlerai ».

  • 58 Cahier d’un retour au pays natal (1947).

Et je lui dirai encore :
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n'ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent au cachot du désespoir. »58

Aimé Césaire (1913-2008)

42Ceci est ton corps qui devient mon corps.

43Ceci est ton mouvement qui devient mon mouvement.

44Ceci est ta langue qui devient ma langue.

Amor que grita, amor que cala

Amor que ri, amor que chora (…)

Amor à chuva, amor em sol maior

  • 59 « Amour qui crie, amour qui fait silence / Amour qui rit, amour qui pleure (…) Amour de pluie, amou (...)

Amor demais, Amor eterno59

Rosa Lobato Faria (1932-2010)

45

  • 60 Lapaire, Magnard, Blanc. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.205.

Figure 28 – Accompagnement, performance
« Amor à chuva …»60

Conclusion

  • 61 Burrows (2010 :62).

Sometimes the thing we need is so close to us that we can’t see it.61

  • 62 Lecoq (1997 : 32).
  • 63 Lecoq (1997 : 32).
  • 64 Bay (2011 :18). De son vrai nom Peter Lamborn Wilson. Penseur anarchiste américain, théoricien d’un (...)
  • 65 En anglais, performance couvre un large spectre, au-delà des arts de la scène. Schechner (2003 : xv (...)

46L’expression orale est une expression globale qui engage l’entier du « corps humain en action »62. Les premières règles de l’expression sont donc les « lois du mouvement ».63 Avant même de prononcer des mots ou de faire des phrases, nous devons commencer par retrouver « la sensation du corps en mouvement» et travailler « la présence physique, la communication directe et les sens ».64 Dance studies, drama studies, performance studies65 sont ainsi invités à devenir les partenaires naturels des language studies.

Asher, James. “Children’s First Language as a Model for Second Language Learning”, The Modern Language Journal, vol. 56, No. 3 (1972): 133-139.

Bay, Hakim. Sermons radiophoniques. Traduit de l’anglais The Radio Sermonettes (1992) par Fleur Ramette. Gémenos : Le Mot et le Reste, 2011.

Birdwhistell, Ray. Kinesics and Context. Essays on Body Motion Communication. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1970.

Burrows, Jonathan. A Choreographer’s Handbook. London : Routledge.

Calbris, Geneviève, Montredon, Jacques. Clés pour l’oral. Gestes et paroles dans l’argumentation converstationnelle. Paris : Hachette, 2005.

Cesaire, Aimé. Cahier d’un retour au pays natal. Dakar, Paris : Présence Africaine, 1983.

Dickinson, Emily. The complete poems. Edited by Thomas Johnson. Boston, New York, London: Back Bay Books, 1976.

Fry, Dennis. Homo Loquens. Man as a talking animal. Cambridge: C.U.P, 1977.

Gebauer, Gunter, Wulf, Christoph. Jeux, rituels, gestes : les fondements mimétiques de l’action sociale. Traduit de l’allemand Spiel, Ritual, Geste : Mimestisches Handeln in der sozialen Welt (1998) par Cécile Roger. Paris: Antropos, 2004.

Goffman, Erving. The Presentation of Self in Everyday Life. New York: Double Day, 1959.

Goffman, Erving. Interaction ritual. Essays on Face-to-Face Behavior. New York : Pantheon Books, 1964.

Jousse, Marcel. « L’invention scientifique ». Cours en Sorbonne du 01.02.1934. Paris : Association Marcel Jousse.

Jousse, Marcel. « L’enfant et les langues étrangères ». Cours à l’Ecole d’Anthropologie du 13.01.1936. Paris : Association Marcel Jousse.

Jousse, Marcel. L’Anthropologie du Geste. Paris : Gallimard, 2008 (1974).

Khan, Akram, Larbi Sherkaoui, Sidi. Zero Degrees. Projet chorégraphique filmé, 2005.

http://www.akramkhancompany.net/​html/​akram_production.php?productionid=7

Laban, Rudolf. La danse moderne éducative. Traduit de l’anglais Modern Educational Dance (1963) par Jacqueline Chalet-Haas et Jean Chalet. Bruxelles : Editions Complexe, 2003.

Lecoq, Jacques. Le corps poétique. Arles : Actes Sud, 1997.

Lobato Faria, Rosa. « Os velhos amantes ». Traduction et adaptation portugaise du poème de Jacques Brel « Les vieux amants » pour la chansonnière Misia.

http://letras.com/​misia-fadista/​1653729/​

Schechner, Richard. Performance Theory. London and New York: Routledge, 2003 (1988).

Shakespeare, William. As you like it. Edited by Michael Hattaway. Cambridge: The New Cambridge Shakespeare, 2000.

Sienaert, Edgard. Au commencement était le mimisme. Essai de lecture globale des cours de Marcel Jousse. Paris et Bloemfontein: Association Marcel Jousse, 2013.

Woolf, Virginia. To the Lighthouse. London: Wordsworth Classics, 1998.

Yeats, William. Collected Poems. Edited by Cedric Watts. London : Wordsworth Editions Limited, 1994.

Top of page

Notes

1 William Shakespeare, As You Like It, Act 2 Scene 7.

2 Cette citation, empruntée au psychologue américain James Asher (1972), résume l’ensemble de la démarche d’observation scientifique et d’expression artistique que nous menons.

3 Zero Degrees (2005). Duo composé et interprété par Akram Khan et Sidi Larbi Sherkaoui. L’interprétation synchrone des paroles et des mouvements par les deux artistes souligne la coarticulation phono-gestuelle et la chorégraphie spontanée de la parole ordinaire.

4 Jean Kittson, animatrice et comédienne australienne, Jean Kittson as the perfect master of ceremonies (discours d’ouverture d’un diner de gala).

5 Lapaire, Blanc et Magnard, Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014. Rejeu de l’interview de l’acteur britannique Stephen Fry, American vs. British comedy. Citation complète : “If you go to an American bookshop, by far the biggest section is self-help and improvement. The idea that life is refinable and improvable, and that you can learn a technique for everything...” Nous tenons à remercier Sandrine Eschenauer pour son invitation, à l’origine de cette création et le Goethe Institut pour son financement.

6 Schechner (2003 : 54). Metteur en scène et professeur à l’Université de New York, Richard Schechner est une figure tutélaire des performance studies aux Etats Unis.

7 Jousse (1945) in Sienaert (2013 : 71).

8 Lapaire, Blanc et Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Nous remercions également Claire Tardieu pour son invitation au festival Insurrection Poétique et l’Université Paris Sorbonne Nouvelle pour la prise en charge du spectacle.

9 Titre d’un ouvrage d’Edgard Sienaert (2013) consacré aux cours de Marcel Jousse. Le mimisme est une capacité humaine qui consiste à recevoir et à imprimer en soi les mouvements du monde, puis à les exprimer par des gestes symboliques. Le mimisme ne doit pas être confondue avec le mimétisme animal, simple capacité à imiter la forme des choses, en leur présence.

10 Lapaire, Blanc et Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

11 Lapaire, Blanc et Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

12 Dans sa théorie du mimisme, Jousse (1974) désigne respectivement par anthropos et cosmos l’être humain et l’univers.

13 Blanc, Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014.

14 Lapaire, Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014. Rejeu de l’interview de l’acteur britannique Stephen Fry, On manic depression.

15 Magnard et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Rejeu chorégraphié de l’interview de l’acteur britannique Stephen Fry, Big think interview.

16 Lapaire, Blanc et Magnard, Conférence Goethe Institut, Paris, 12.12.2014. Rejeu chorégraphié de Stephen Fry, On manic depression.

17 Stephen Fry, Big think interview : https://www.youtube.com/watch ?v =9fpztV4oMd4

18 Jousse (1939) in Sienaert (2013 : 47).

19 Jousse (1953) in Sienaert (2013 : iv).

20 Jousse (1935) in Sienaert (2013 : iv).

21 Jousse (1939) in Sienaert (2013 : 20).

22 Blanc et Magnard. Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2004.

23 Jousse (1940) in Sienaert (2013 : 70).

24 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

25 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

26 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

27 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

28 Adapté de To the Lighthouse (1927).

29 News Hour, BBC Radio 4 – 16.02.2015.

30 “A Coat” (1916).

31 Magnard, Lapaire et Blanc. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

32 Magnard, Lapaire et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

33 Jousse (1936).

34 Magnard et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

35 William Shakespeare, Hamlet, Act 3, scene 2 : “the purpose of playing (…) was and is to hold (…) the mirror up to nature.”

36 Jousse (1952) in Sienaert (2013 : 54).

37 Goffman (1959 : 1) : “When an individual enters the presence of others (…) many sources of information become accessible and many carriers (or « sign-vehicles ») become available for conveying this information.”

38 Allusion au titre de l’ouvrage de Goffman (1959) : The presentation of Self in Everyday life.

39 Magnard et Blanc, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

40 Goffman (1967 : 2).

41 Gebauer et Wulf (2004 : 73) : « (le geste permet) au sujet social de s’éprouver dans ses mises en scène. »

42 Blanc, Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Gestualité coverbale rejouée extraite de Calbris et Montredon (2005).

43(how we move) across the paths and designs of others” (Goffman 1967 : 12).

44 “the traffic rules of social interaction” (Goffman 1967 : 13).

45 Birdwhistell (1970 : 48) : “Human beings are constantly engaged in adjustments to the presence and activities of other human beings. As sensitive organisms, they utilize their full sensory equipment in this adjustment.”

46 Lapaire, Blanc, Magnard. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015.

47 Goffman (1967 : 13).

48 Blanc, Lapaire, Magnard. Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014.

49The ultimate behavioral materials are the glances, gestures, positionings, and verbal statements that people continuously feed into the situation, whether intended or not.” (Goffman 1967 : 1)

50 Gebauer et Wulf (2004 : 4).

51 Gebauer et Wulf (2004 : 2).

52 Birdwhistell (1970 : 8) écrit : “The human infant is an amoral mass of wrigglings and vocalizing ; it lives in a milieu of moral speakers and movers. By the age of six it will be a moral vocalizer ; that is, it will have reduced its ranges of noises to that narrow list employed by the members of his milieu. I am not sure when it becomes a moral wriggler, although there is every indication that adolescence marks a period in which the wriggling becomes restrained into moral limits.”

53 Magnard, Blanc, Lapaire, Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.2015. Rejeu de l’interview de l’acteur britannique Stephen Fry, On manic depression.

54 Jean Magnard. Conférence Goethe Institut, Paris 12.12.2014. Rejeu de l’interview de l’acteur britannique Stephen Fry, On manic depression.

55 Gebauer et Wulf (2004 : 50). « Sans les autres, le soi ne peut pas naître. »

56 Brené Brown, 99u talk, Why your critics are not the ones who count.

57 Gebauer et Wulf (2004 : 18).

58 Cahier d’un retour au pays natal (1947).

59 « Amour qui crie, amour qui fait silence / Amour qui rit, amour qui pleure (…) Amour de pluie, amour en sol(eil) majeur, amour de tous les excès, amour éternel » (notre traduction).

60 Lapaire, Magnard, Blanc. Conférence Sorbonne Nouvelle, Paris 20.03.205.

61 Burrows (2010 :62).

62 Lecoq (1997 : 32).

63 Lecoq (1997 : 32).

64 Bay (2011 :18). De son vrai nom Peter Lamborn Wilson. Penseur anarchiste américain, théoricien d’un art non-médiatisé (immediatism) et des T.A.Z. (temporary autonomous zones). A exercé une influence majeure sur le mouvement des rave parties et des ZAD.

65 En anglais, performance couvre un large spectre, au-delà des arts de la scène. Schechner (2003 : xvii) note ainsi : “Performance is an inclusive term. Theater is only one node on a continuum that reaches from the ritualizations of animals (including humans) through performances in everyday life – greetings, displays of emotion, family scenes, professional roles, and so on – through to play, sports, theater, dance, ceremonies, rites, and performances of great magnitude.

Top of page

List of illustrations

Caption Figure 1a – Exemple de gestualité coverbale rejouéeThe sun was up…
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-1.png
File image/png, 95k
Caption Figure 1b – Exemple de gestualité coverbale rejouée…and I could feel this real tension between the people
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-2.png
File image/png, 87k
Caption Figure 1c – Exemple de gestualité coverbale rejouée… who had congregated around the bus3
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-3.png
File image/png, 84k
Caption Figure 2 – Exemple de gestualité coverbale authentiqueIs it a call to let the good time roll and laugh in the face of adversity?4
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-4.png
File image/png, 110k
Caption Figure 3 – Exemple de gestualité coverbale rejouée The idea that life is refinable and improvable,
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-5.png
File image/png, 212k
Caption Figure 4 – Accompagnement, performance« … jeté dans la vie, et parce que vivant »8
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-6.png
File image/png, 273k
Caption Figure 5 - Réponse 1 : arbre10
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-7.png
File image/png, 262k
Caption Figure 6 - Réponse 2 : horizon11
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-8.png
File image/png, 292k
Caption Figure 7 : Accompagnement, performance « Je peux absorber le monde »
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-9.png
File image/png, 278k
Caption Figure 8 - Réponse 3 : fumée13
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-10.png
File image/png, 205k
Caption Figure 9 - Exemple de gestualité coverbale rejouéeIt’s such a black wall of nothingness! Nothingness – Le néant, le vide as the French would say.14
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-11.png
File image/png, 122k
Caption Figure 10 - Exemple de gestualité coverbale rejouée (et augmentée)Someone hits you in the face and you go « ow!15
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-12.png
File image/png, 341k
Caption Figure 11 – Exemple de gestualité coverbale rejouéeIn 1995, quite famously, you walked off stage!16
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-13.png
File image/png, 244k
Caption Figure 12 - Exemple de gestualité coverbale authentique (loctueur autochtone)You have a depressed mood. You have an elevated mood. That’s mania !17
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-14.png
File image/png, 66k
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-15.png
File image/png, 80k
Caption Figure 13 - Exemple de gestualité coverbale rejouée et augmentéeShe picks up the guitar and smashes it!22
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-16.png
File image/png, 233k
Caption Figure 14 – Accompagnement, performance« …alone over the sea »24
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-17.png
File image/png, 132k
Caption Figure 15 – Accompagnement, performance « …she dipped too into the past»25
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-18.png
File image/png, 146k
Caption Figure 16 – Accompagnement, performance« Is it a lobster pot, is it an upturned boat?»26
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-19.png
File image/png, 162k
Caption Figure 17 – Accompagnement, performance« … and struck the object inches too low »27
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-20.png
File image/png, 166k
Caption Figure 18 – Accompagnement, performance« I made my song a coat… »31
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-21.png
File image/png, 214k
Caption Figure 19 – Accompagnement, performance« Don’t tell…»32
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-22.png
File image/png, 187k
Caption Figure 20 – Accompagnement, performance« Nous éprouvons le besoin d’aller au théâtre… »34
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-23.png
File image/png, 196k
Caption Figure 21 – Accompagnement, performance« Entrer en présence… présenter son être…»39
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-24.png
File image/png, 151k
Caption Figure 22a – Exemple de gestualité coverbale rejouée En fait, tu étais au courant et tu m’as rien dit !
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-25.png
File image/png, 165k
Caption Figure 22b – Exemple de gestualité coverbale rejouée C’était pas facile !42
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-26.png
File image/png, 158k
Caption Figure 23 – Accompagnement, performance« comment chacun s’ajuste en permanence»46
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-27.png
File image/png, 154k
Caption Figure 24 – Accompagnement, performance« les gestes et les pas d’une danse…»48
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-28.png
File image/png, 177k
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-29.png
File image/png, 174k
Caption Figure 26 – Exemple de gestualité coverbale rejouée + variation personnelleIt is not just snap out of it! Things will get better! Look on the bright side!54
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-30.png
File image/png, 85k
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-31.png
File image/png, 90k
Caption Figure 27 - Gestualité coverbale spontanée, locutrice autochtoneI started reading the comments. They were devastating.56
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-32.png
File image/png, 47k
Caption Figure 28 – Accompagnement, performance« Amor à chuva …»60
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7548/img-33.png
File image/png, 157k
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Rémi Lapaire, Jean Magnard and Mélissa Blanc, « Chorégraphies de la parole », Miranda [Online], 11 | 2015, Online since 21 July 2015, connection on 22 July 2017. URL : http://miranda.revues.org/7548

Top of page

About the authors

Jean-Rémi Lapaire

Professeur
Université Bordeaux Montaigne
jrlapaire@u-bordeaux-montaigne.fr

Jean Magnard

Chorégraphe et danseur
jeanmagnard@live.fr

Mélissa Blanc

Danseuse
jad-missa@hotmail.fr

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org