Skip to navigation – Site map
Ariel's Corner
Photography, Video Installations, American Painting

George Georgiou, « Last stop » (Terminus)

Galerie du Château d’Eau, Toulouse, du 14 janvier au 8 mars 2015
Muriel Adrien

Index terms

Ariel's Corner :

Photography
Top of page

Full text

« Vision is chiefly deployed as a means to distance and to irrevocably contain. Seeing as a means of being together. » Stanley Wolukan-Wanambwa « A Chaotic organism » in Last Stop.

© George Georgiou - Invisible

1Après avoir mené des projets dans les Balkans, l’Europe de l’Est et la Turquie – qui lui ont valu de remporter le prix du British Journal of Photography project en 2010, deux prix World Press Photo en 2003 et 2005, le premier prix de Pictures of the Year International for Istanbul Bombs en 2004, et une invitation à l’exposition « New Photography 2011 » au MOMA (Museum of Modern Art) ― le photographe anglais George Georgiou, compagnon de Vanessa Winship, est retourné à Londres où il est né en 1961.

© George Georgiou - London

2Ses voyages l’ont sensibilisé au thème de l’altérité, et de retour chez lui, il poursuit sa traque de l’ailleurs et de l’animation plurielle des flux migratoires. Ce qui le captive à Londres, c’est le mouvement incessant, le télescopage des cultures et la manière dont se fait le partage de l’espace pour une diversité sociale en déplacement continu.

© George Georgiou - Migration

  • 1 Son expression dans le film accompagnateur de l’exposition.

3Ce changement perpétuel du paysage urbain, il a voulu en être l’observateur depuis un poste lui-même en mouvement, à savoir ces double-deckers, ces bus à impériale caractéristiques de Londres. En effet, il a eu pour idée de prendre tous les jours le même itinéraire dans ces bus afin de voir ce que lui réservait de manière aléatoire ce trajet régulier ― ce qu’il a fait cinq années durant. Cette idée a germé en lui comme un prolongement de ses aventures d’adolescent, lorsqu’il errait avec ses amis dans la ville en prenant les bus au hasard pour le simple plaisir d’arpenter les quartiers sans but ni destination, de s’y mouvoir comme « dans un immense terrain de jeu »1.

© George Georgiou - Migration

4Dans ce bus à double-niveau qui offre des perspectives variées, il choisissait soit de s’asseoir en bas pour voir la rue à hauteur d’homme, proche des scènes qui s’y déroulaient, soit de s’asseoir au premier étage, et d’avoir une vue en plongée, plus omnisciente sur les différentes strates du paysage urbain, le manège des foules et l’entremêlement des personnes. Ce flâneur moderne, anonyme immergé dans l’atmosphère d’ « invisibilité partagée », voulait se faire témoin-photographe des situations qu’il traversait et du flux et du reflux des mouvements sociaux urbains, à l’affût de chaque instant dans son éphémérité. Chaque photo est un arrêt sur image d’une séquence, forme brève d’une narration plus large, ouverte, qui nous est offerte par la grâce de la sérendipité du photographe, mais dont nous ne saurons ni l’avant, ni l’après.

© George Georgiou - Invisible

5Certains personnages s’approprient l’espace, d’autres sont plus en retrait, d’autres encore s’adaptent, et les diverses négociations du tissu urbain donnent à voir une coexistence bariolée et discontinue.

© George Georgiou - Migration

6Ce regard ouvert dans le déplacement, tout en réceptivité, c’était d’abord, chez Georgiou, une quête de l’identité, de l’énergie aléatoire et du pouls irrégulier de la ville dans laquelle il avait grandi, et qui était, même méconnaissable ― surtout méconnaissable ― plus que toute autre, son chez-lui.

7Cette série a été exposée pour la première fois en France à la Galerie du Château d’Eau à l’occasion de la sortie début janvier 2015 de son livre éponyme Last stop. En effet, de ce projet, George Georgiou a conçu un livre-accordéon qui peut s’ouvrir au hasard et se feuilleter au gré des mouvements des doigts : la lecture désordonnée peut mimer en cela les situations stochastiques et multidirectionnelles qui jalonnaient le parcours en bus, l’accidentel étant constitutif de la trajectoire. La lecture est aussi diffractée qu’étaient fragmentées et disjointes les tranches de vie qui s’offraient à son regard. L’itinéraire lui-même par contre était bien linéaire et défini, comme l’est aussi le support-livre. La couverture cartonnée de ce livre rouge, qui affiche en filigrane une carte de Londres, est traversée d’un trait serpentin bleu turquoise qui représente la Tamise.

8Le livre peut être lu recto-verso par deux personnes différentes, dans un arbitraire négocié entre les deux regards, ouvrant l’expérience visuelle à une sorte d’interaction publique. Il y a dans ce livre-objet une forme de jeu sérieux ― dans son maniement comme parfois aussi dans les scènes dotées de clins d’œil ou d’humour ― qui s’apparente à la découverte ludique et erratique du cadre urbain de son enfance.

9Vidéo de son ouvrage 

10http://www.georgegeorgiou.net/​gallery.php?ProjectID=187

11Images 

12http://www.georgegeorgiou.net/​gallery.php?ProjectID=155

13http://www.bjp-online.com/​2015/​02/​george-georgiou-last-stop-london-video/​

Publications de l’artiste

Georgiou, George. Fault Lines / Turkey / East / West. London: Schilt Publishing, 2010.

Georgiou, George. Last Stop. Texte de Stanley Wolukau-Wanambwa. Istanbul, 2010. Dédié aux habitants de Londres.

14Muriel Adrien remercie le Château d’Eau pour l’autorisation d’utiliser les visuels.

Top of page

Notes

1 Son expression dans le film accompagnateur de l’exposition.

Top of page

List of illustrations

Credits © George Georgiou - Invisible
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-1.jpg
File image/jpeg, 564k
Credits © George Georgiou - London
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-2.jpg
File image/jpeg, 584k
Credits © George Georgiou - Migration
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-3.jpg
File image/jpeg, 648k
Credits © George Georgiou - Migration
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-4.jpg
File image/jpeg, 544k
Credits © George Georgiou - Invisible
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-5.jpg
File image/jpeg, 488k
Credits © George Georgiou - Migration
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-6.jpg
File image/jpeg, 452k
URL http://miranda.revues.org/docannexe/image/7491/img-7.jpg
File image/jpeg, 28k
Top of page

References

Electronic reference

Muriel Adrien, « George Georgiou, « Last stop » (Terminus)  », Miranda [Online], 11 | 2015, Online since 21 July 2015, connection on 21 November 2017. URL : http://miranda.revues.org/7491

Top of page

About the author

Muriel Adrien

Maître de conférences
Université de Toulouse 2-Jean Jaurès
muriel.adrien@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org