Skip to navigation – Site map
Ariel's Corner
British Painting

Les Tudors

Musée du Luxembourg, du 18 mars au 19 juillet 2015
Marie-Céline Daniel

Full text

1Il est des intérêts dont on se demande parfois s’ils ne sont pas des malédictions pour l’objet qui les suscite. Ainsi en est-il par exemple des Tudors. Depuis quelques années, les studios de production anglo-saxons se passionnent pour la Renaissance anglaise. Ou plutôt ils se passionnent pour un monde de violence et d’intrigues qu’ils perçoivent comme une version moins aseptisée du monde dans lequel ils vivent. L’exposition accueillie par le Musée du Luxembourg entre mars et juillet 2015 est l’un des avatars de cette curiosité. La campagne de publicité diffusée dans les cinémas du Quartier Latin prouve assez dans quelle optique se place le projet : une voix d’homme énonce dans un anglais au fort accent américain que la personne qui veut découvrir une histoire de sexe, de crime et de sang doit se rendre au Musée du Luxembourg pour en apprendre plus sur les Tudors. Le procédé aurait pu amuser s’il n’avait déjà été utilisé, plus habilement, dans une scène de Last Action Hero.

2Venue de la National Portrait Gallery, la rétrospective cherche à bénéficier de cet engouement. Dès la première salle, le visiteur est placé face à deux écrans, l’un projetant un extrait de La Reine Elisabeth, film français de 1912 dans lequel Sarah Bernhardt incarne la reine vierge, l’autre montrant un passage du film Elizabeth de Shekhar Khapur (1998), où Cate Blanchett prête son visage à la dernière des Tudors. Le costume utilisé dans le film, pour le couronnement de la reine, complète l’ensemble. Un doute étreint alors le nouveau venu : cette exposition, qui se voulait à l’origine « une vraie histoire des Tudors », va-t-elle tenir ses promesses, ou bien va-t-elle égrener les poncifs déjà nombreux sur l’« Âge d’Or » élisabéthain ? En fait, ni l’un ni l’autre.

3Incontestablement, le Musée du Luxembourg a abrité pour quelques mois de très belles œuvres. La plupart sont connues, voire très connues, mais on ne peut pas rester de marbre devant les portraits de Catherine Parr, de Marie Tudor ou d’Elisabeth. Les dessins de Clouet, les miniatures de Hilliard, les tableaux de Holbein sont à placer au rang des chefs d’œuvre présentés par l’exposition. Les trois commissaires ont réussi à obtenir des pièces plus rares, telles que cette bague qui s’ouvre et donne à voir un double portrait de femme, Elisabeth elle-même et sans doute sa mère Anne Boleyn. De forts beaux livres sont exposés, en particulier de gros volumes manuscrits du début de la période, où l’on voit les roses Tudor envahir les pages dans une luxuriance dynastique assez impressionnante. Des lettres sont présentées, notamment une étonnante lettre d’amour en français envoyée par la reine Elisabeth à son dernier prétendant sérieux, François-Hercule, duc d’Alençon puis d’Anjou. Enfin, plus émouvants encore sont les quelques mots griffonnés par Henri VIII sur le livre d’heure d’Anne Boleyn au moment où il la courtisait. Ce petit message amoureux, écrit en français, se trouve en bas d’une page qui donne à voir une image du Christ martyrisé. Quiconque connaît la fin de l’histoire est mal à l’aise devant l’ironie involontaire de ces mots d’amour. Malheureusement, celui qui ignore comment l’histoire se termine ne sera guère éclairé par les explications plutôt succinctes fournies par les cartels.

4L’un des plus sérieux défauts de l’exposition est en effet une parcimonie gênante dans les textes accompagnant les œuvres. Comme souvent lors des rétrospectives du Musée du Luxembourg, le choix est fait de placer la plupart des explications dans l’audioguide, limitant au strict minimum les textes en salle. Par conséquent, un visiteur peu familier de l’histoire des Tudors risque de ne pas bien saisir les évolutions dont il voit les effets dans les œuvres. Deux arbres généalogiques ne suffisent pas à comprendre les enjeux du Schisme anglican ou les relations complexes entretenues par l’Angleterre avec ses voisins immédiats, la France ou l’Espagne. L’organisation même de l’exposition, strictement chronologique et largement linéaire, est révélatrice d’une conception peut-être un peu simpliste de cette période pourtant complexe de l’histoire anglaise. Les salles rassemblent un grand nombre de portraits, mais les explications historiques ou esthétiques manquent singulièrement pour éclairer ce qui fait l’intérêt de ces œuvres. Ainsi, rien n’est dit du changement pourtant frappant dans les vêtements de Marie Tudor. Le portrait de 1544, où la jeune fille est présentée dans une robe aux couleurs chatoyantes, précède ainsi ceux, plus tardifs, où la reine est représentée dans des vêtements sombres. L’influence espagnole dans le changement de tenue n’est pas explicitée. Plus gênant encore, l’exposition présente comme « Anne Boleyn » la femme brune portant en pendentif la lettre B autour du cou. Or le portrait date de la fin du siècle, bien après la mort de la reine, et les études les plus récentes semblent indiquer que les portraits identifiés comme ceux d’Anne Boleyn n’en seraient pas, l’essentiel de ces œuvres ayant été détruites après l’exécution de 15361. On aurait aimé que les commissaires prennent le temps d’expliquer la réhabilitation dont Anne Boleyn a fait l’objet pendant le règne d’Elisabeth, ce qui aurait permis d’expliquer le caractère très hypothétique de la ressemblance du portrait avec Anne elle-même, mais aussi la dimension éminemment politique d’une telle représentation à la fin du règne de sa fille.

5L’organisation chronologique de l’exposition aboutit logiquement à une grande salle dans laquelle sont exposées les œuvres liées à Elisabeth. La dimension même de la pièce reflète l’importance que revêt aux yeux des organisateurs la période élisabéthaine pour la dynastie des Tudors et l’Angleterre tout entière. On trouve là de célèbres portraits, dont celui du couronnement, le Portrait au Phoenix, le Ditchley et le Darnley Portraits. Cependant, une fois encore, le visiteur novice risque de ne pas comprendre tout l’enjeu politique derrière ces portraits, depuis ce visage qui vieillit peu, voire pas du tout, jusqu’aux symboles du pouvoir ou de la chasteté. A cet égard, on regrette l’absence de l’un ou l’autre des Sieve Portaits, ces tableaux dans lesquels la reine a été représentée avec à la main un tamis, symbole de chasteté. Les œuvres qui sont montrées dans cette salle ne sont qu’une petite partie de l’incroyable richesse des portraits d’Elisabeth. Ce ne sont pas toujours les plus belles œuvres, et la copie du Portrait de l’Armada n’est pas la plus réussie. Peut-être la National Portrait Gallery n’a-t elle pas voulu se séparer de tous ses chefs d’œuvre. Pourtant, au-delà du choix contestable mais sans doute contraint des tableaux, on regrette l’absence de mise en perspective : les deux cartels consacrés à la reine évoquent d’une part la ronde de ses prétendants et d’autre part l’épisode de Mary Stuart, sans que l’importance de l’exécution de 1587 ne soit mise en valeur.

6Malgré tout, on doit se réjouir qu’une telle exposition ait été accueillie à Paris. Il ne faut pas bouder son plaisir devant quelques grandes œuvres de la Renaissance anglaise. Cependant, la conception de l’exposition n’en reste pas moins problématique. En effet, si elle prétend nous livrer la « vraie » histoire des Tudors, alors le manque de rigueur scientifique et un curieux mélange des genres posent de graves questions sur le commissariat. A plusieurs reprises, des œuvres du 19ème siècle sont juxtaposées à des tableaux du 16ème, sans que l’écart entre les faits et leur traitement artistique ultérieur ne soit clairement expliqué. Si la postérité de la dynastie Tudor peut être envisagée comme un objet historique à part entière, les commissaires semblent souvent verser dans la facilité en n’examinant pas les raisons d’une telle renommée. Arrivé dans la dernière salle, le visiteur ne peut s’empêcher de penser que la relativement large place accordée au traitement dramatique et lyrique du destin des Tudors, est liée davantage au faible nombre d’œuvres anciennes et à la nécessité de rallonger l’exposition qu’à un vrai travail historiographique. Quand il quitte l’exposition, le visiteur est donc la proie de sentiments mitigés : le bonheur d’avoir regardé de grandes œuvres de la première modernité, mais aussi la crainte que cette rétrospective n’ait absorbé pour longtemps tout l’intérêt des Français pour les Tudors, et qu’elle n’empêche donc la conception d’une autre exposition, plus complète cette fois.

Top of page

References

Electronic reference

Marie-Céline Daniel, « Les Tudors », Miranda [Online], 11 | 2015, Online since 21 July 2015, connection on 29 May 2017. URL : http://miranda.revues.org/7389

Top of page

About the author

Marie-Céline Daniel

Maître de conférences
Université Paris-Sorbonne (EA 4085)
Marie-celine.daniel@paris-sorbonne.fr

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org