Skip to navigation – Site map
Reviews

Frédéric Regard, Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Florence Binard
Bibliographical reference

Frédéric Regard, Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler (Lyon : ENS Editions, 2013), 311 p, ISBN 978-2-84788-392-3

Full text

1Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler (2013) est le cinquième livre publié dans l’excellente collection « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon » dirigée par Frédéric Regard. Comme les précédents ouvrages, Féminisme et prostitution est un recueil de textes présentés, commentés et, pour la plupart, traduits en français pour la première fois.

2Le présent ouvrage est structuré en deux grandes parties, elles-mêmes subdivisées en deux sous-parties. La première partie, très utile, est composée d’une introduction – rédigée par Florence Marie – qui apporte un éclairage sur le cadre historique dans lequel évoluait Josephine Butler, notamment sur l’instauration des lois sur les maladies contagieuses mais, également, sur Josephine Butler elle-même, sur son environnement familial, sur ses engagements, son positionnement concernant les autres luttes féministes de son temps. Cette introduction est suivie d’une analyse, fort intéressante, de plus d’une centaine de pages – rédigée par Frédéric Regard – du combat, à la fois audacieux et courageux, qu’elle a mené à une époque où parler de sexualité pour une femme de son milieu social faisait scandale chez les esprits bien-pensants. La seconde partie consiste en une anthologie comprenant, d’une part, un choix de textes permettant de situer la « croisade » de Josephine Butler dans la pensée de son époque et, d’autre part, une sélection de ses écrits privés et publics. Chacun des textes est précédé d’une courte mise en contexte et est accompagné de notes explicatives bienvenues.

3L’objet de l’ouvrage s’affiche d’emblée : il s’agit de redorer le blason féministe de Josephine Butler qui « fut longtemps écartée du canon féministe par des universitaires femmes déroutées par un combat où le versant religieux semblait vouloir l’emporter » (9). Florence Marie insiste donc sur le fait que, contrairement à ce qui a parfois été avancé, Josephine Butler se positionnait sur la plupart des débats féministes de son temps et faisait même parfois preuve d’un point de vue étonnamment moderne sur certains sujets tel le travail des femmes. Selon elle, l’absence de Josephine Butler parmi les grands noms du féminisme victorien s’explique par deux raisons principales. En premier lieu, la campagne qu’elle mena contre les lois sur les maladies contagieuses était indécente aux yeux de l’élite victorienne bien-pensante. De ce fait toute proximité des féministes avec Josephine Butler risquait de porter ombrage aux causes défendues par ces dernières. En second lieu, comme l’a souligné l’historienne Barbara Caine citée par Florence Marie (27), le caractère profondément religieux de la démarche et du discours de Josephine Butler fit d’elle une grande figure du réformisme social victorien plutôt qu’une pionnière du féminisme. Or, pour les auteurs de cet ouvrage, s’il est exact que son combat s’est effectivement limité au dispositif législatif concernant les maladies contagieuses et la prostitution, la teneur de son propos, qui dénonçait l’inégalité entre les femmes et les hommes en matière de sexualité, était hautement subversive et fondamentalement féministe.

4La lecture que fait Frédéric Regard des écrits de Josephine Butler est originale, elle se caractérise par une approche pluridisciplinaire alliant analyse historique, littéraire et linguistique. Ainsi, sa connaissance de l’histoire et de la culture de la Grande-Bretagne lui permet de situer Josephine Butler dans la lignée de la dissidence religieuse britannique du 18ème siècle, dans celle des niveleurs et des réformateurs qui combattirent l’absolutisme royal. Surtout, elle ouvre la voie d’une compréhension fine de l’argumentaire de Josephine Butler et de la « britannicité » qui le caractérise. Utilisant les outils des « cultural studies », à la croisée de l’histoire et de la littérature, Frédéric Regard entend resituer la pensée de Josephine Butler dans son contexte culturel plutôt que dans son cadre social. Ainsi, par le biais d’une analyse littéraire et linguistique convaincante, il nous donne des clés permettant de comprendre les références culturelles et intertextuelles présentes dans les écrits de Butler. Il dissèque, reconstruit et éclaire sa pensée de sorte à la rendre intelligible au lectorat du 21ème siècle. Il montre, combien la stratégie de communication d’envergure de Josephine Butler était intelligente et subtile, comment, par exemple, elle sut utiliser la presse, y compris la presse à scandale, pour informer et convaincre l’opinion publique des méfaits et de l’injustice des lois sur la contagion. A travers une description des méthodes employées par Josephine Butler – travail de collecte de données sociologiques et travail d’enquêtes de terrain – et sur fond de comparaison avec les méthodes narratives utilisées dans les romans policiers à l’anglaise ou dans le journalisme d’investigation, Frédéric Regard met en lumière l’habileté politique de Josephine Butler : « …les techniques narratives visaient à déclencher une émotion collective, potentiellement transformable en un vaste et brusque élan politique, perspective d’autant plus inquiétante pour les autorités que le phénomène était imprévisible et incontrôlable » (123). Il nous montre comment à travers des récits plus ou moins romancés, inspirés du mélodrame, elle manipulait le dispositif énonciatif de sorte que chacun se sente concerné, comment par des jeux entre le singulier et le pluriel, entre le personnel et l’impersonnel, elle créa « la classe des femmes » (« we are one womanhood »), impliquant l’existence, pour l’ensemble des femmes, d’intérêts communs à défendre.

5En conclusion, il s’agit d’un ouvrage stimulant qui nous interroge sur le féminisme d’hier et d’aujourd’hui. On peut regretter que l’index nominum et la bibliographie soient incomplets. En effet, un certain nombre d’auteur-e-s d’articles et d’ouvrages ne sont cités qu’en notes de bas de page et n’apparaissent donc ni dans l’index, ni dans la bibliographie. Toutefois, ces quelques critiques n’enlèvent en rien à la qualité de l’ouvrage qui se révèle d’autant plus intéressant qu’il fait résonnance aux débats actuels sur la prostitution, nous rappelant, si besoin en était, l’importance de revisiter l’histoire, de réinterpréter le passé afin, peut-être, de mieux appréhender le présent.

Top of page

References

Electronic reference

Florence Binard, « Frédéric Regard, Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler  », Miranda [Online], 11 | 2015, Online since 22 July 2015, connection on 29 May 2017. URL : http://miranda.revues.org/7108

Top of page

About the author

Florence Binard

Maitresse de Conférences HDR
Université Paris Diderot Sorbonne Paris Cité
Florence.binard@eila.univ-paris-diderot.fr

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org