Skip to navigation – Site map
Hardy and Science : Beyond Darwin

Introduction

Catherine Lanone

Full text

1Profondément marquée par la quête obsédante des vestiges du passé qui hantent l’époque victorienne, l’œuvre de Thomas Hardy s’attache à lire le palimpseste des lieux et des êtres, des pierres de Stonehenge ou des fossiles de la falaise aux mystères de la filiation, mettant en évidence l’empreinte et l’emprise du legs darwinien sur la littérature comme sur la science :

Next this strange message Darwin brings
(Though saying his say
In a quiet way);
We are all one with creeping things;
And apes and men
Blood brethren
And likewise reptile forms with stings.
(Hardy 864)

2Ce poème intitulé « Drinking Song » pourrait faire office de manifeste hardyen ; loin d’être le maître de la création et le fruit de la perfection divine, l’homme s’y trouve relégué par Darwin au rang de créature inférieure, comme le singe ou ce serpent qui venait jadis troubler le jardin d’Eden. L’expression allitérative de « blood brethren » subvertit l’écho religieux pour faire de l’homme le frère du serpent à sang froid, tandis que le poème dans son entier parodie les chansons à boire pour mieux suggérer l’univers désenchanté, décentré, profondément ironique qui succède à l’agencement rassurant, providentiel et théologique qui précédait.

3Dès lors, le Wessex devient un un cas d’espèce, le territoire où se lit la marque des mutations, où se déploient ces intrigues dont on sait depuis Gillian Beer qu’elles descendent directement de The Origin of Species, grande ligne de faille qui coupa l’époque victorienne en un avant et un après, et qui constitue pour Michel Prum (et pour Freud) l’une des trois révolutions scientifiques, mais aussi conceptuelles et idéologiques, les plus significatives :

  • 1 Michel Prum, « Gillian Beer, Darwin’s Plots, Evolution in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Centu (...)

Dans un texte de 1917, Freud notait que le narcissisme des hommes avait reçu trois coups sévères : le premier au début du XVIe siècle avec Copernic (la terre n’est plus au centre de l’univers), le second au XIXe siècle avec Darwin (l’Homme n’est plus le produit d’un dessein divin mais devient une mutation intelligente, fruit du hasard), le troisième au début du XXe siècle avec la psychanalyse freudienne (avec la découverte de l’inconscient, le moi n’est plus maître dans sa propre maison).1

4Les articles qui suivent s’attachent à cerner les modalités d’écriture qui permettent à Hardy de rendre compte d’un monde décentré, et de dialoguer implicitement ou explicitement avec la science. Ils sont issus d’une journée d’étude organisée par Annie Escuret avec le soutien de l’Equipe d’Accueil 741 de l’université de Montpellier III.

Top of page

Bibliography

Beer, Gillian. Darwin’s Plots: Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction. 1983. Cambridge: Cambridge University Press, 2000.

Beer, Gillian. Open Fields: Science in Cultural Encounter. 1996. Oxford: Oxford University Press, 1999.

Hardy, Thomas. The Collected Poems of Thomas Hardy. Ware: Wordsworth, 1994.

Darwin, Charles. On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of favoured races in the struggle for life. 1859. Oxford: Oxford University Press, 1998.

Hardy, Thomas. The Collected Poems of Thomas Hardy. Ware: Wordsworth, 1994.

Prum, Michel. « Gillian Beer, Darwin’s Plots, Evolution in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 277 pages », Revue d’histoire du XIXe siècle 26-27 : 2003, Mis en ligne le 23 juin 2005.<http://rh19.revues.org/index784.html>. Consulté le 23 mars 2010.

Radford, Andrew D. Thomas Hardy and the Survival of Time. Aldershot: Ashgate, 2003.

Top of page

Notes

1 Michel Prum, « Gillian Beer, Darwin’s Plots, Evolution in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 277 pages », Revue d'histoire du XIXe siècle 26-27 : 2003, mis en ligne le 23 juin 2005. <http://rh19.revues.org/index784.html>. Consulté le 23 mars 2010.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine Lanone, « Introduction », Miranda [Online], 1 | 2010, Online since 23 March 2010, connection on 24 May 2017. URL : http://miranda.revues.org/328

Top of page

About the author

Catherine Lanone

Professeur
Université de Toulouse II-Le Mirail
catherine.lanone@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Les cahiers de Revues.org